L'Observatoire de Paris Unité de Formation et EnseignementFormation des Enseignants en Astronomie, Informatique et Multimédia
En fran¨ais In english

Sommaire    Aide
Astronomie & astrophysique
 
 
Informatique
 
 
Actualités
 
 
Inscriptions
 
 
Contacts
 
 
 
 
Stages  Ressources  Parrainages  IUFM  Campus Numérique 
Cours | Travaux pratiques | Liens | TIPE ]
La Voie Lactée
 



Un peu d'histoire

Les hommes ont de tout temps été fascinés par l'arche lumineuse qui divise la sphère céleste en deux. Les Égyptiens y voyaient de la farine jetée dans le ciel par la déesse Isis. Pour les Incas, il s'agissait de poussière dorée issue des étoiles. Le terme de Voie Lactée nous vient du monde antique Greco-Romain. Les anciens pensaient observer le lait sorti du sein de la déesse Héra (Junon), la "Via Lacta". C'est Galilée qui en 1610, fit basculer la Voie Lactée du domaine du mythe à celui de la science. Pointant sa lunette vers le ruban céleste, il découvrit qu'il était constitué d'étoiles individuellement trop peu brillantes pour être résolues à l'oeil nu et dont seul la somme des éclats était jusqu'alors perceptible. Une des premières évocations connue du concept de Galaxie provient d'un texte de Christopher Wren et date de 1657. Ce concept fut popularisé au siècle suivant par Emanuel Kant (1755). Il fallut cependant encore près de deux siècle de débats et de recherches pour prouver l'existence des "Univers-îles" (terme employé au XIXème siècle pour désigner les galaxies). 

Cette quête fut intimement liée à l'étude de la nature des nébuleuses. En 1771 et 1784, Charles Messier publiait deux catalogues regroupant 103 nébuleuses. Poursuivant sur cette voie avec des télescopes de plus en plus grands, William Herschell puis son fils John cataloguèrent plusieurs milliers de nébuleuses au tournant des XVIIème et XVIIIème siècle. Grâce au pouvoir de résolution accrue de leurs instruments, ils découvrirent que certaines nébuleuses étaient constituées d'étoiles. Etait-ce le cas pour toutes ? La réponse vint de la spectroscopie. Les observations de William Huggins (1864) mirent en évidence deux types de signature spectrale nébulaire, l'une fort similaire aux spectres stellaires (de nombreuses raies, principalement en absorption) et l'autre ne contenant que très peu de raies, toutes en émission. Seules des nébuleuses gazeuses pouvaient engendrer un tel spectre. Parallèlement au recensement des nébuleuses, William Herschell, proposait un modèle héliocentrique de la Galaxie (que nous savons aujourd'hui erroné), utilisant des comptages stellaires pour en dresser les contours. Un demi-siècle plus tard, William Parson, troisième lord Rosse observait (1845) des structures spiralées dans les nébuleuses Messier 33 et Messier 51 (galaxies du triangle et des chiens de chasse), introduisant dans le vocabulaire astronomique le terme de nébuleuse spirale et marquant le début de 70 ans de spéculation. 

La galaxie spirale Messier 83 (photo AAO)

Deux conceptions de l'Univers divisent la communauté astronomique du début du XXème siècle. Les uns pensent que l'ensemble des objets célestes sont regroupés en une unique structure. Les autres militent pour une Voie Lactée entourée de nébuleuses spirales extragalactiques, reflets forts éloignés de notre propre Galaxie. En observant en 1923 une Céphéide dans la Galaxie d'Andromède et en en déduisant sa distance (bien au-delà des limites de la Voie Lactée), l'astronome Edwin Hubble clôt le débat. Les nébuleuses spirales sont bien les soeurs lointaines de notre Galaxie. Quelques années plus tard, observant qu'elles s'éloignaient de nous d'autant plus vite qu'elles étaient situées à grandes distances, il mettait en évidence l'expansion de l'univers. 

Aujourd'hui, le terme de Voie Lactée est employé pour désigner à la fois le disque Galactique vu par la tranche (la "via Lacta" des anciens) ainsi que l'ensemble de notre Galaxie.